Wednesday, October 07, 2009

Bouc, cerf et bouquetin

Autre message paru dans un forum aujourd'hui disparu. Je répondais à une série de considérations sur les mythes archaïques.
Le bouc m’intéresse car on le retrouve dans un contexte très ancien : les « diablotins » paléolithiques de Teyjat, un os gravé d’une grotte de Dordogne, sont des capridés. Bouc ou bouquetin, même animal qui danse sur les rochers et entraîne le chasseur à quelques acrobaties. Quand on discute avec de vieux chasseurs de chamois ou d’isard, il y en a encore quelques uns vivants, on s’aperçoit qu’il y a, dans leur relation à l’animal, quelque chose de passionnel et de sacré qu’on ne retrouve pas chez les tireurs de lapins ou de faisans du dimanche. Pourtant, à ma connaissance, le bouquetin ne figure pas parmi les animaux qui, dans les contes ou les mythes, entraînent le chasseur vers l’autre monde magique. Mais n’a-t-il pas été remplacé par le cerf dans ce rôle de guide malicieux dès lors que les capridés étaient en partie domestiqués ? Vraie question, que je ne suis pas sûre de résoudre car il y a un hiatus géographique.
L’aire archaïque du bouquetin, bouc, chèvre d’or et autres caprins est assez aisément repérable dans les contes, les traces archéologiques et les rites (même édulcorés en folklore). Grosso modo, un pourtour méditerranéen élargi, qui rejoint l’Atlantique en Aquitaine, au Portugal et au Maroc, qui s’enfonce jusqu’à l’Afrique subsaharienne encore que la « frontière » soit très floue et jusqu’à la Mésopotamie, au moins dans les zones montagneuses du nord mais, par contre, le bouquetin est peu discernable en Egypte. Le cerf se retrouve surtout dans les cultures issues de La Tène et de Hallstadt. C’est plus au nord, c’est plus tardif, les zones de recouvrement sont assez courtes, sauf la Grèce mais cerf et bouquetin n’y appartiennent pas au même ensemble mythique. Avec le cerf, nous sommes chez Artémis et Apollon ; avec les capridés, chez Pan ou Dionysos. On peut penser une opposition sémantique autant qu’une unité fonctionnelle. L’ensemble « bêtes à cornes et sabots » n’est pas simple à pénétrer.
Avant de savoir si tel dieu ou tel ensemble mythique est indoeuropéen, question qui a son importance mais ne me taraude pas plus que ça, j’essaie plutôt de comprendre comment il était perçu par les peuples qui nous en ont laissé l’image, comment cette perception a évolué au cours du temps et quelles sont les équivalences/oppositions que l’on peut établir avec d’autres figures comme avec d’autres réalités : constellations du ciel nocturne, mode de vie, problèmes intellectuels dominants. Il y a toujours beaucoup d’hypothèses et de conjectures, surtout quand on généralise, mais les énigmes sont passionnantes.

2 comments:

vanessaandandrew said...

J'etais moi meme a la recherche de la fonction associee au bouquetin. J'ai trouver cet article peut etre que cela vous interesse aussi. L'auteur propose une difference entre le bouquetin et le cerf.

http://membres.lycos.fr/mesolithique/base.htm

Geneviève said...

Merci de la référence !