Tuesday, May 16, 2006

Réponse à Alexandre sur les noyaux métaphysiques

Mon cher Alexandre

Oui, nous sommes bien d’accord sur la liste des langues asianiques et bien d’accord aussi sur le fait qu’il s’agit d’une famille disparue. Etrusque ? Il y a quelques discussions, comme pour le basque.

Monothéismes et polythéismes. Mon vieux complice l’ethnologue Michel Boccara considère que les « dieux » des polythéismes sont ni plus ni moins des esprits de la brousse et cela ne contredit pas Mircea Eliade. C’est un problème de vocabulaire, l’emploi du mot « dieu » à tous les étages, une ambiguïté qui nous vient des Grecs ou, plus exactement, des traducteurs hellénistiques de la Septante. En choisissant theos pour traduire El ou Yah, ils ont fait une bourde, à mon sens, et on a du mal à en sortir. C’est pour ça que je préfère me référer à l’égyptien : neter, ou aux langues germano-scandinaves : ragin ; on traduit par Puissances et cela n’introduit pas d’ambiguïté avec « le Dieu ». On est dans les esprits intermédiaires, l’angélologie ou les puissances de la nature. Ce n’est pas le même étage, le même registre d’expérience.
En fait, je n’ai pas parlé du tout du polythéisme dans mes Impertinences et cela pour une raison fort simple : le niveau « angélologique », celui des puissances intermédiaires, co-existe comme expérience seconde avec les trois noyaux fondamentaux. Si on l’introduit, on brouille le tableau. Mais il faudra que je l’aborde de manière plus détaillée un de ces jours.
Merci de me l'avoir rappelé !

1 comment:

Alexandre M said...

Chère Geneviève,

Merci pour ces précisions. J'ai bien hâte de vos éclaircissements mais d'ores et déjà vous avez levé, me semble-t-il, le quiproquo.
J'ai lu un peu en diagonale vos derniers textes, j'y reviendrai en temps utile. Quelle matière à la réflexion et je ne vous savais pas ce don littéraire et poétique ! En tout cas l'effet qu'a produit sur moi leur lecture, ce sentiment de spiritualité vécue dans la substance même - la matérialité vibrante du monde (votre nouvelle) - vos pages sur l'orthodoxie et le sentiment nostalgique d'une fêlure dans le déroulement de l'histoire humaine, tout cela me rappelle le grand cinéaste russe Andreï Tarkovski, à mon sens un maître de l'expérience spirituelle.
Connaissez-vous son oeuvre et l'avez-vous rencontré dans vos recherches ?

Au plaisir de vous lire.